Électrostimulation neuromusculaire

Electrostimulation neuromusculaire et vibration localisée : apports de l’activation réflexe des unités motrices sur les adaptations neuromusculairesThèse de Loïc Espeit

Encadrement: Directeur : Thomas LAPOLE; Co-directeur : Nicola MAFFIULETTI;Co-encadrant : Julien GONDIN

 

L’électrostimulation neuromusculaire est classiquement utilisée pour évoquer des contractions musculaires indépendamment de toute commande nerveuse volontaire, c'est à dire. en activant directement les neurones moteurs. Cette modalité de rééducation a le potentiel pour préserver ou restaurer la fonction neuromusculaire durant ou après une période d’immobilisation, limitant ainsi les troubles fonctionnels associés à la pathologie ou une blessure.

Néanmoins, l’application clinique de l’électrostimulation neuromusculaire reste limitée par la tolérance aux stimuli douloureux et/ou l’importante fatigabilité précoce due au recrutement aléatoire des unités motrices. Pour remédier à cette dernière limite, l’utilisation d’impulsions électriques de longue durée et à haute fréquence a été récemment proposée. Comparativement à l’électrostimulation conventionnelle, cette modalité de stimulation peut favoriser un recrutement physiologique des unités motrices via un circuit réflexe impliquant préférentiellement l’activation de neurones sensitifs, c'est à dire via les afférences Ia issues des fuseaux neuromusculaires. De façon intéressante, ces mêmes afférences peuvent également être impliquées de façon similaire en utilisant la vibration localisée, permettant un recrutement plus physiologique des unités motrices.

Ainsi, l’objectif général de ce projet de thèse est d’analyser les adaptations de la fonction neuromusculaire induites par différentes formes d’électrostimulation (conventionnelle vs impulsion longue durée) avec et sans utilisation concomitante de vibration locale des muscles stimulés. Deux groupes musculaires des membres inférieurs ayant un important rôle fonctionnel seront étudiés (extenseurs du genou et fléchisseurs plantaires). Les résultats obtenus devraient aider à définir des recommandations de base pour l’utilisation clinique de la thérapie par vibration et de l’électrostimulation, avec un intérêt particulier pour leur potentiel combinaison.