Fatigue & Santé

Santé Qualité de Vie

 

Dans la rubrique FATIGUE & PERFORMANCE, nous vous avons montré à quel point la fatigue du sportif était un symptôme compliqué. Si vous avez parcouru les articles et visionné les vidéos de la rubrique, on espère que cela vous parait plus simple.

En ce qui concerne la fatigue chronique, c’est pire (reportez-vous à la figure B de la rubrique GÉNÉRALITÉS). On la définit comme une sensation d’épuisement qui nuit au fonctionnement normal (activité professionnelle, relations sociales, tâches de la vie quotidienne) d’une personne et qui ne se s’améliore pas avec le sommeil ou le repos. La fatigue chronique est le symptôme n⁰1 de nombreuses maladies. Elle touche aussi d’autres personnes, notamment les populations âgées. C’est un vrai problème de santé publique et cela d’autant plus que les causes de la fatigue chronique n’étant pas connues, ce symptôme est le plus souvent négligé par les médecins, faute de traitement efficace. Les conséquences sont terribles sur la qualité de vie mais aussi sur la productivité et l’absentéisme.

Plus terribles encore sont les effets indirects de la fatigue chronique. Cela est parfaitement bien décrit par l’illustration ci-dessous représentant le cercle vicieux de la fatigue. Une personne fatiguée va avoir tendance à opter pour un comportement sédentaire (pauvre chien !) qui va entraîner un déconditionnement physique comme par exemple une atrophie (= baisse de la masse) musculaire. Cela ne peut que renforcer le niveau de fatigue. 

Pas de traitement efficace donc ? Ce n’est pas tout à fait vrai. Même si cela parait contre-intuitif, il se trouve que l’activité physique est un bon remède contre la fatigue. On ne sait pas trop pourquoi (voir quelques hypothèses ici )mais ça marche !

Une des explications données dans l’article est la suivante : lorsque l’on a une mauvaise capacité de tolérance à la fatigue physique, chaque effort (monter les escalier, passer l’aspirateur, faire les courses) va nous coûter plus d’énergie, on mettra plus de temps à récupérer et ce sentiment que tout est difficile va s’accentuer. Du coup, comme le montre la figure ci-dessous, on va s’arranger pour limiter ces efforts au maximum afin de ne pas dépasser le seuil de fatigue tolérable ; la quantité d’activité réalisée chaque jour va diminuer, on va se déconditionner et entrer dans le cercle vicieux de la fatigue décrit plus haut !